Rémunération de l’internat

Engagement de l’APQ

En août 2013, l’Association des psychologues du Québec (APQ) a signé un accord de principe avec la Fédération interuniversitaire des doctorants en psychologie (FIDEP), attestant de son soutien aux démarches de cette dernière. Les démarches de la FIDEP visent essentiellement à ce que les doctorants en psychologie de la province de Québec obtiennent une rémunération adéquate en échange du travail qu’ils réalisent dans le secteur parapublic durant leur année d’internat.

L’internat en psychologie représente 1600 heures, soit un an de travail à temps plein, effectuées en toute fin d’une formation doctorale de troisième cycle. Cette année de travail non-rémunéré, s’ajoutant à un stage préalable de 700 heures, est très majoritairement complétée dans les milieux de la santé et scolaire.

Une étude réalisée en 2010 révèle que l’interne effectue 80% du travail d’un psychologue. Qui plus est, il est exigé des internes en psychologie plus de tâches et d’autonomie que ce qui est exigé des stagiaires d’autres professions du secteur de la santé, qui eux sont pourtant rémunérés. Par exemple, la législation permet qu’un interne en psychologie pose un diagnostic psychologique sans que son superviseur n’ait à contresigner.

Une récente étude révèle que soixante et dix pourcent (70%) des doctorants en psychologie ne se dirigent pas vers une carrière dans le réseau public en raison des conditions salariales offertes. Leur intention de ne pas travailler dans le réseau public est directement liée à leur taux d’endettement qui est d’en moyenne 21 000 $. Le manque de reconnaissance et l’injustice que subissent les internes, couplés à l’endettement qui pèse sur eux au terme de cette année de travail non rémunéré, ne font qu’augmenter la pénurie, bien documentée, de psychologues dans le secteur parapublic, et ce à l’avantage du secteur privé.

Par conséquent, l’APQ s’est engagée à soutenir fermement la FIDEP dans ses efforts pour faire reconnaitre, au plus tôt, les droits des doctorants en psychologie à une rémunération juste et équitable de l’internat. L’APQ viendra donc assister politiquement, et aussi souvent que nécessaire, les diverses démarches de la FIDEP pour faire aboutir ce dossier qu’elle juge prioritaire.

Les doctorant.e.s en psychologie du Québec réclament la rémunération de l’internat 

En novembre 2015, les associations membres de la FIDEP ont tenu des référendums et obtenu un mandat de boycott des internats en psychologie. Par la suite, une campagne de mobilisation et de sensibilisation a été lancée par la FIDEP. Une pétition en appui à la rémunération de l’internat en psychologie compte déjà plus de 11 119 signataires. « Ceci démontre bien que nous avons l’appui de beaucoup de Québécois. Les besoins de services psychologiques dans la population est criant et nous pensons que la rétention des futurs psychologues et neuropsychologues dans le secteur public passe par une juste reconnaissance des services professionnels rendus dès l’internat. » selon Josiane Jauniaux, l’actuelle présidente de la FIDEP.

La faible reconnaissance du travail des psychologues pèse lourd, occasionnant un impact direct sur la rétention de ceux-ci, donc sur l’accessibilité des soins psychologiques et neuropsychologiques dans les secteurs publics québécois (éducation et santé). Non seulement les autres professionnels de la santé titulaires d’un doctorat œuvrant dans le secteur public ont de meilleures conditions salariales, mais les étudiant.e.s en psychologie du Québec sont les seuls en Amérique-du-Nord à ne pas être rémunérés pour leur internat.

Le mouvement de boycott est un moyen de pression et représente un mouvement solidaire des psychologues, neuropsychologues et des doctorant.e.s. Nous voulons une reconnaissance juste des services en santé mentale que prodiguent les psychologues de l’internat jusqu’à la retraite.

On peut consulter à cet effet un communiqué de presse conjoint émis en début janvier 2016 par l’APQ et la FIDEP. Un dossier à suivre…

Actuellement….

L’APQ et la FIDEP continuent de collaborer très activement à faire pression sur le gouvernement, à la fois pour l’ajustement de l’échelle salariale es psychologues du réseau public et à la fois pour la rémunération de l’année d’internat effectuée jusqu’à ce jour gratuitement par les doctorants en psychologie.

Liens utiles

Ressources

Nous joindre

Association des psychologues du Québec

2030, boul. Pie-IX, bureau 403
Montréal (Québec) H1V 2C8

Courriel : apq@spg.qc.ca
Téléphone : 514-353-7555 ou 1-877-353-7555
Télécopieur : 514-355-4159

Plan du site