Défense des intérêts professionnels

Afin que les psychologues bénéficient de conditions de pratique qui leur assurent une reconnaissance, une autonomie et une sécurité optimales, l’APQ exerce une vigie de l’actualité professionnelle et intervient au nom des psychologues. 

L’Association (APQ), souvent en collaboration avec les psychologues concernés, intervient auprès des organismes concernés, auprès des décideurs politiques et auprès des médias, afin de les sensibiliser aux enjeux en cause et d’exercer une influence en faveur de la reconnaissance de notre profession et de ses impacts. L’APQ peut, par exemple, réagir par voie de communiqués, demander une rencontre avec les responsables ministériels ou d’organismes impliqués , déposer un mémoire sur les enjeux à promouvoir ou informer des journalistes en vue d’une sensibilisation médiatique aux enjeux en cause. 

Les dossiers suivants ont fait l’objet des interventions de l’APQ au cours des dernières années. Pour plus de détails sur ces dossiers, veuillez consulter leur onglet spécifique.

Reconnaissance de la profession

L’APQ rappelle aux différents décideurs que la profession de psychologue exige dorénavant une formation de troisième cycle, compte tenu de la complexité des connaissances et du niveau de responsabilité engagé. La Loi 21 est venue reconnaître aux psychologues l’évaluation en santé mentale comme étant un acte qui, avec les médecins, leur est réservé. Reconnaître ces exigences c’est aussi reconnaître la profession à sa juste valeur, non seulement au plan du niveau d’expertise mais également au plan salarial et des honoraires professionnels. C’est aussi penser l’organisation du travail pour que nous puissions jouir de notre autonomie professionnelle.

Impacts de la loi 21

L’APQ suit de près les impacts que peut avoir la loi 21. Nous demeurons vigilants afin que cette loi soit respectée et que les effets indésirables de cette redéfinition du titre de psychothérapeute n’affectent pas notre profession.

Le rehaussement salarial

L’APQ s’est impliquée très activement pour faire valoir l’insuffisance salariale responsable de la pénurie de psychologues dans les services publics. Les dossiers de l’équité salariale, du maintien (ajustement aux 5 ans) et des négociations de convention collective ont fait l’objet de multiples actions et interventions, particulièrement depuis l’arrêt de la prime au 1er avril 2015.
Toujours en lien avec les conditions salariales, l’APQ s’est engagée auprès de la Fédération interuniversitaire des doctorants en psychologie (FIDEP) à appuyer leurs démarches pour l’obtention de la rémunération des internats.

Rappelons que depuis 2016, à la demande de ses membres, l’Association s’est impliquée dans le dossier de l’équité salariale, pour dénoncer le traitement salarial inéquitable accordé aux psychologues du secteur public.

L’éthique des syndics

Suite à de nombreuses plaintes au cours des années, l’APQ s’est mobilisée pour faire la lumière sur les comportements des syndics lors d’enquêtes disciplinaires. La loi laisse à ceux-ci une énorme marge de manœuvre, rendant à toute fin pratique quasi impossible toute tentative de réagir si dérapage dans l’exercice de leurs fonctions.

Les plus récentes actions ont consisté à sensibiliser le ministère de la justice à la nécessité d’instaurer un organisme de surveillance et de recours en cas de pratique questionnable, à l’exemple du Conseil de la magistrature pour les juges ou du Comité de déontologie policière. Nous avons également obtenu l’appui de nombreuses autres associations professionnelles sensibilisées aux enjeux que nous soulevons.

Suite aux nombreuses plaintes qui lui avaient été acheminées à partir de 2006, l’APQ avait fait une démarche d’enquête auprès des psychologues et recueilli les témoignages de plus d’une centaine de psychologues. Les informations recueillies ont fait l’objet d’un rapport qui a été déposé à l’Ordre des psychologues en 2010.

Programmes d’aide aux Employés

Nous intervenons régulièrement pour régler certains problèmes rencontrés par les psychologues avec des firmes de PAE, mais cette année l’APQ a décidé de se pencher globalement sur cette question. Certains contrats semblent avoir des clauses trop restrictives, d’autres proposent des honoraires indécents et certaines firmes semblent avoir de la difficulté à payer les services rendus. Un comité se penche sur ce dossier et prévoit intervenir de façon à ce que les psychologues bénéficient de conditions contractuelles satisfaisantes avec ces programmes d’aide aux employés. 

Tiers payeurs institutionnels

L’APQ est intervenue auprès de la CSST, de la SAAQ et de l’IVAC, concernant les honoraires payés aux psychologues. Après plusieurs années de représentation, nous avons fini par obtenir en 2011 que les honoraires passent de 65$ à 86,60 $.

Présentement, nous poursuivons nos représentations pour une indexation de la tarification, une meilleure reconnaissance des heures allouées à la rédaction de rapport et un mécanisme officiel pour modifier le nombre de rencontres en fonction de la complexité du dossier.

Nos démarches se poursuivent tant auprès des fonctionnaires que du C.A. des organismes concernés. La porte n’est pas fermée, mais la patience est de mise.

Liens utiles

Ressources

Nous joindre

Association des psychologues du Québec

2030, boul. Pie-IX, bureau 403
Montréal (Québec) H1V 2C8

Courriel : apq@spg.qc.ca
Téléphone : 514-353-7555 ou 1-877-353-7555
Télécopieur : 514-355-4159

Plan du site